World Travel Market – Social Media for Marketers: Unpicking the 2.0 hype

Nov. 16, 2009 | by Jeremy Head

I spoke at a seminar at the World Travel Market last week titled Social Media for Marketers: Unpicking the 2.0 hype.

Click on the deck here to see my presentation. There are detailed notes with the slides.

I shared the platform with Jane Nicholson the Regional Director for PR for Queensland Tourism – who was instrumental in the Best Job in the World campaign which saw Ben Southall win a worldwide competition to be caretaker of a tropical island in Queensland for a year – surely the most successful travel PR campaign of 2009.

In some ways my job was to temper some of the excitement associated with the huge numbers and point out that if you’re planning to make a noise about something it better be worth making a noise about – particularly in social spaces where people will let you (and everyone else) know fast what they think. But there was no need – Jane highlighted the fact that they set out to offer something really, genuinely inspiring as the prize – a really great job.

Increasingly, I’m beginning to believe at least some of the ‘hype’ anyway. The profound influence of social media on all our lives – not just the more geeky of us who work for digital marketing agencies – is becoming more evident by the day.  One stat I quoted in my talk was that 40% of online purchases are incluenced by social media in some way (McKinsey, 2009). That’s very significant.

One of the key issues that interestingly Emily Ashwell chose to highlight in her write up of the session on Travolution was information overload. I’m sure you know the stats but just in case:

On average, customers make 12 travel related searches, visit 22 websites and take 29 days from the first time they search until they make a purchase. (Comscore 2007)

Old stats in internet days… but still hugely important. Travel brands that win big will be those that find smarter ways to resolve this problem. And social tools increasingly seem to me to be the way forward. Here are a few examples of travel companies using Social Media in smart ways to make finding the right holiday or flight for you easier. Expect much more of this in 2010.

Twitter: @easyjetcare – follows the model several US airlines pursue of using twitter as a quick response customer service mechanism. What’s interesting about this is that they’re a low cost airline – so investing in something like this needs to be a considered decision. It IS about saving money by solving problems more quickly, but it’s also about standing out from the competition in a very price-driven market. Low cost airlines (particularly one of their main competitors) have a reputation for not really caring much about their customers – easyJet proves with this tool that they do. If I was choosing between them and a competitor flying the same or a very similar routing I know which I’d prefer.

Facebook: One of the buzz-terms we use at iCrossing is ‘Connected Brands’ – lots elsewhere on this blog explain this concept but a key element is ‘being wherever your customers want you to be’. Using a hugely popular platform like Facebook to offer access to your brand makes big sense  – but that needs to be more than just setting up a page and sticking up some pics. It has to be genuinely useful. Virgin Atlantic* has developed a Facebook app for Flying Club members – to view flight info and their membership account on their Facebook page. And it was developed with input from vFlyer members too. Increasingly success in 2010 will be about allowing people to access your brand and products wherever they want to on-line.

Company blogs: Visit Florida is a great example for me of the next step in company/commercial blogs.  Blogs are all about personality. Faceless content on a website just describing the delights of the Sunshine state – no matter how well it’s written – pales into insignificance compared with using real people who are experts. And the team at Visit Florida clearly realise this -  in this online world of over abundance you need to show customers who you are and why they should trust you. VisitFlorida’s website is a multi-author blog… there’s the Beaches expert, the Family Expert, the Golf Expert and more. Lifting the lid on your business and letting potential customers see who you are and why they should trust your will  you credibility, empathy and authority.

Social Spaces: BA might be having a rough time at the moment, but its social space experiment is brilliant in my opinion. Metrotwin offers flyers on BA’s core route – London/New York to ‘twin’ places in the two cities. Know a great little Italian restaurant in your London neighbourhood? Wouldn’t it be cool if you could find one just the same in the NY? BA has also nurtured relationships with local bloggers in each city who really know their patch and can add useful value. And the concept is transferable. Metrotwin Mumbai launched a month or two back. What’s crucial again here is focus on core customers – offering something that is genuinely useful for them.

[*Virgin Atlantic is an iCrossing client]

Be Sociable, Share!

    Comments (6)

    • blazer nike kaki

      Sinon, je suis en cong et je m'ennuie. Il faut que je m'habitue mon nouveau rythme.}
      Dimanche, on est all se ballader au centre commercial des grands pr ils ouvert pour les soldes. J'ai trouv des petites pantoufles pour les filles 50% et ont leur a command des lunettes de soleil.
      Les ingr de base d'un jeu sont implicitement donn par le nom "th des jeux": il y a des joueurs (acteurs), des r (gains et pertes) et des r du jeu. N'importe quelle unit poursuivant des buts d'une fa autonome peut joueuse, donc il peut s'agir d'Etats, d'organisations ou encore de personnes.
      Les chances qu'une coop s' sont assez dans ces exp surtout lorsque la fin du jeu est inconnue, c'est si les joueurs ne savent pas quand le dernier round aura lieu. Parmi les sujets humains, la strat du "tit for tat" est assez populaire; souvent, elle est apprise apr plusieurs tours; son choix d donc de la capacit d'apprentissage du sujet.
      Un autre jeu tr simple d qu'il existe des situations o aucun choix rationnel individuel ne peut conseill Rappoport (86:119) cite le jeu suivant: trois joueurs doivent partager 100 unit mon entre eux par une d majoritaire (chacun votant au m instant). Ils ont le droit de communiquer entre eux et ils peuvent s'isoler deux pour discuter des alliances.
      Dans les jeux tours fix l'avance, chaque joueur peut casser la coop vers la fin afin de maximiser son ultime gain personnel. Chaque participant un dilemme du prisonnier s doit poss un ensemble d'heuristiques qui l'aident prendre des d mais qui ne peuvent pas garantir une strat optimale.
      Il ne sert pas seulement d'exemple d'introduction la th des jeux, mais de cadre des exp psycho sociologiques tr int Si A et B coop dans ce jeu, les deux vont r ("reward", donn les circonstances). Si par contre A ne coop pas et que B coop A va gagner gros ("temptation") et B va perdre gros ("sucker").
      On dit qu'elle est dominante parce qu'elle est choisie par le joueur rationnel. Nous deux joueurs arrivent donc un r qui n'est pas optimal pour les deux.
      Quand ils tiennent une proie, les rabatteurs 2.0 se montrent insistants. "Je suis resté en contact sur Facebook avec un copain de mon age parti en Syrie, témoigne Alex, un lycéen ni?ois de 16 ans.
      Si l'on applique maintenant la strat "maximin"[30], c'est le principe selon lequel chaque joueur doit maximiser son gain minimal ( d' le "sucker"), on arrive la punition. En effet, la strat "maximin" est "N" (non coop pour les deux joueurs.
      Si les deux ne coop pas, les deux vont punis ("punishment"). Si l'on suppose (comme on le fait en r g pour ces jeux simples) que A et B jouent une seule fois, qu'ils ne peuvent pas communiquer et qu'ils n'ont pas les moyens de s'assurer de leur coop le choix des joueurs doit se faire dans l'incertitude.
      Certains types de jeux ne permettent pas de construire une matrice de jeu, car il n'existe plus de solution rationnelle (y compris celles de type statistique). Nous n'allons pas discuter les propri de jeux tr complexes, par contre nous allons nous pencher sur le probl des jeux rationalit multiples ou paradoxales tel qu'on le retrouve dans le "dilemme du prisonnier".
      Les jeux de conflit et de coop tiennent une place tr importante dans la litt en science politique. La science politique utilise souvent ces jeux l pour d d'une fa formelle des situations de conflit et de coop ou, comme le remarque Rappoport (66:214), pour mettre en le "squelette" d'une situation.
      {Ce principe peut g pour toutes sortes de jeux o l'on conna la matrice des gains et des pertes. En r g le joueur d'un jeu antagoniste sans communication possible entre joueurs doit toujours maximiser son gain minimal, m dans les circonstances o le r n'est plus garanti.
      blazer nike kaki http://www.mgm.com/nike2014/393.aspOct 20, 2014 11:30 am

    • http://www.datapons.com.mk/Nike/294.asp

      En France, suivant les pas de sa mère, l'Italienne prend des cours de théatre chez Jean Darel, au Centre américain puis à l'Ecole des Amandiers de la ville de Nanterre.
      Au lieu de rester au coin de l'atre familial à remuer les cendres d'une opinion modérée, au lieu de tenir pour des vérités indiscutables ce qui a consolé et apaisé tant de générations avant eux, ils franchissent la barrière qui cl?
      t le champ paternel et s'en vont, par les chemins audacieux de la critique, où les mène leur indomptable curiosité de douter."
      Et un jour j'en ai eu raz l'bol de me battre, je lui ai dit qu'il fallait qu'elle soit grande et qu'elle se mouche.
      Je l'ai assise fermememnt à coté de moi sur le canapé et je lui ai fait un coup de mouche bébé comme ?
      Pas besoin d'être un crack pour suivre leurs faits et gestes sur Facebook: les images et les commentaires qu'ils publient sont accessibles à tout un chacun.
      Interrogés par L'Express, plusieurs d'entre eux affirment en être conscients, mais n'avoir "rien à perdre", ni "rien à craindre".
      "Pourquoi on se priverait de ce fantastique moyen de communication que représentent les réseaux sociaux?" demande l'un d'eux. "Je m'en fous de vos médias!, nous écrit 'Abou Abda Llah'.
      J'ai un Facebook comme tout le monde, des armes et, de temps à autre, je pars en mission. C'est ma vie.".
      "Ils présentent le djihad comme un mode de vie cool"Faut il prendre au sérieux ces djihadistes qui racontent leurs virées dans le désert comme d'autres leurs sorties en bo?te ? "En général,
      ils n'ont aucune responsabilité sur place, souligne Romain Caillet, chercheur et consultant sur les questions islamistes. Ces jeunes n'ont pas de compétences militaires.".
      De Paris, Londres ou Bruxelles, ces militants de la cause prêchent la bonne parole, partagent les dernières nouvelles du front, commentent ce que vous écrivez et finissent par s'inviter dans votre cercle d'amis Facebook. "
      L'entrée dans ces sphères peut se faire par curiosité ou de manière accidentelle, analyse Benjamin Ducol, doctorant à l'université de Laval (Canada) et spécialiste de la radicalisation en ligne.
      Autrement dit: "It reveals the skeletal structure of those social systems where decisions interact, and it reveals, therefore, the essential structure of both conflict and cooperation" (Rappoport 65:front cover).
      Avec certains, c'est un jeu d'enfant. Ceux là affichent ouvertement leur affinité avec telle ou telle mouvance sur leur profil Facebook. Ils indiquent vivre en Syrie, à Alep ou à Deir ez Zor, et, à la rubrique emploi, travailler "chez Front al Nosra" ou "à l'Etat islamique en Irak et au Levant". D'autres cherchent activement "un frère qui veut bien donner des conseils pour partir".
      Bon ce midi par contre j'ai grave tap dedans avec une galette des rois, la part 15 pp ouie! il me reste encore 2 jours tenir pour g rer ma r serve propoints, j'esp re que le repas de demain sera l ger. Pour ce soir j'ai regarder le menu du resto j'h site entre des pates, ou une tartine v g tarienne avec de la mozza, je crois que ce serais peut tre le moins gras.
      Quelques Fran?ais revenus de Syrie ont d'ailleurs confié à la justice qu'ils avaient été incités, sur place, à s'exprimer sur les réseaux sociaux. "Ils présentent le djihad comme un mode de vie 'cool' avec, à la clef, plus de notoriété, plus d'amis et surtout plus de femmes?", indique un observateur.
      Les filles se sont bien amus hier en stage. Le th de cette semaine est la musique. Hier qqn est venu jouer de la guitare, auj ce sera djemb et tambour et vendredi 15h30, exposition et petit spectacle apparemment.
      Ce midi je suis all faire un tour en ville la recherche d'un ptit cadeau pr l'annif de notre ni dimanche. Elle est n le 11, mon neveu et filleul (du c de mon fr le 13 et 17 juillet.
      Par rapport nos recherches, l'aspect le plus int de la th des jeux est celui de la strat c'est la proc de d que doivent prendre les joueurs pour optimiser leurs gains. Examinons ce concept l'aide d'un exemple simple.
      Il semblerait que les journalistes en France ne se rendent pas compte du poids des mots utilisés pour désigner ces ces gens. Lorsque vous dites que ce sont des djihadistes, vous ne faites que leur donner du prestige car le mot djihadiste veut dire combattant de la foi ou guerrier.
      J'ai l'habitude de sprinter en matin pour que tout soit termin avant que je ne parte travailler et l tout est fait et je ne sais pas quoi faire. Pffff que je suis compliqu J'ai h que mon homme prenne quelques jours de cong .

      Les r d les variables qu'un joueur peut contr par exemple des possibilit de choix, d'information et de communication entre joueurs. Elles d les r les b n (pertes) ou positifs qui r des choix de tous les joueurs.
      Les groupes armés qui les enr?lent en sont parfaitement conscients. Ils savent, en revanche, tirer profit de leur connaissance du Web.
      La th des jeux est un outil math d principalement par John von Neumann partir de 1920. Le premier ouvrage fondamental date de 1944 (Von Neuman et Morgenstern 47)





      Voici une d de sa rationalit limit "Very generally, behaving rationally in game theory means acting to maximize the achievement of some postulated goal, where the outcome depends not only on chance events and "nature", but also on the actions of other players with sometimes cooperative and sometimes conflicting interests" (Brams 75:XV).
      La rationalit de base de la th des jeux est une r de maximisation du profit individuel. Les joueurs doivent trouver une strat qui leur garantisse une utilit minimale dans toutes les circonstances. Dans des cas simples, il existe deux joueurs antagonistes qui ne communiquent pas, qui minimisent leur risque et qui supposent que l'opposant se comporte d'une fa rationnelle. A l'aide du jeu dans la figure 3 1 "Exemple de jeu somme nulle"
      Je voulais simplement aider ses proches à avoir des nouvelles de lui. Maintenant, il me harcèle, il veut que je le rejoigne.".
      Assez rapidement, cette th a salu comme une solution aux probl de formalisation que connaissent les sciences sociales. Son champ d'application est l'acteur intentionnel et rationnel qui est en interaction avec au moins un autre acteur.
      Chaque joueur peut essayer de maximiser son propre profit en garantissant un autre joueur un gain faible (ce qui est toujours mieux que rien). Les chances qu'une coop s' sont bonnes s'il existe un imp (par exemple un contrat ou un rapport de force, etc.) de renforcer les gains collectifs.
      {Plus tard dans la journ nous sommes all voir la petite fille de ma meilleure amie qui est n ce vendredi. Une vraie petite merveille.
      http://www.datapons.com.mk/Nike/294.asp http://www.datapons.com.mk/Nike/294.aspOct 17, 2014 11:47 am

    • Scott Wayne

      Hey Jeremy,
      Congratulations -- great presentation.

      David Whitley is right about the challenge of coming to grips with social media. The key challenge is managing the channels and "cross-pollinating" as much as possible.Nov 23, 2009 04:11 am

    • Akash Sharma

      Hi Jeremy,
      Finally got my broadband fixed nice talking to you,again thanks for sharing the slide.As you mentioned am scrolling on your Slideshare column to go through some more interesting presentations.Nov 20, 2009 12:11 pm

    • David Whitley

      I think anyone who says they know exactly what they're doing with social media is a bit of a snake-oil salesman. Getting to grips with social media is a little like putting handcuffs on jelly.

      But, there are some interesting things happening. One is the increasing trend for travel companies becoming online publishers - and way beyond the usual generic destination guides. Good writing and a distinct voice are becoming a way of getting noticed - especially when it comes to the retweet effect.

      I've blogged about this in a little more detail on my personal site, but companies such as Viator, Roundtheworldflights, Skyscanner, Virgin Atlantic and Kayak are all investing in editorial content.Nov 17, 2009 06:12 pm

    • Jeremy Head

      Hi Steve.
      If you click the link at the bottom right side of the presentation 'View on slideshare' you can see the deck on Slideshare. The notes are there on a tab just below the slides (Comments/Notes)
      Thanks
      JeremyNov 17, 2009 04:58 pm

    • Steve Jack

      Hi Jeremy- thanks for sharing this: very interesting. You say there are detailed notes with the slides. Should I be able to see these automatically, or do you need to send them separately? Thanks - Steve (Inntravel Mktng Mgr)Nov 17, 2009 02:06 pm

    • Anjali

      Thanks for mentioning Metrotwin and Metrotwin Mumbai in your presentation! I work with Made by Many, and we're part of the team that built both sites.Nov 17, 2009 11:28 am

     
    Please note: the opinions expressed in this post represent the views of the individual, not necessarily those of iCrossing.

    Post a comment

    SUBSCRIBE